• 3096 jours

    3096 joursTitre du livre : 3096 jours

    Auteur : Natascha Kampusch

    Nombre de pages : 250

    Éditions : JC Lattès

    Date de sortie : 27 octobre 2010

    Genre littéraire : Autobiographie

    4ème de couverture : Le 2 mars 1998, la jeune Natascha Kampusch va pour la première fois à l’école à pied. Elle est enlevée sur la route par Wolfgang Priklopil, un ingénieur électricien d’une trentaine d’années. Elle réussira à s’échapper après 3096 jours. 
    Voici le récit de cette captivité terrible : pendant dix ans, elle restera enfermée dans une pièce de 5 mètres carrées, la plupart du temps dans le noir et pendant les six années suivantes elle sera son esclave domestique. 
    Sous le joug de la violence et surtout d’un terrible harcèlement psychique de son agresseur, elle réussira à résister à sa séquestration et à s’enfuir. 


     

    Extrait :

    Je dépendais autant de lui que les nourrissons et les enfants en bas âge dépendent de leurs parents : le moindre geste de gentillesse, la lumière, l'air _ toute ma survie physique et psychique était accrochée comme un fil à cet homme qui m'avait enfermée dans sa cave, et à lui seul. 

     

    À propos de l'auteur :

    Natascha Kampusch a été enlevée et prisonnière pendant 8 ans, elle décide avec l'aide de deux journalistes et de ses carnets de notes rédigés pendant sa captivité d'écrire cette autobiographie sur cette période de calvaire.

     

    Rationalité et Maturité :

    Le ton employé dans ce livre est mature et rationnel. On ne tombe jamais dans le voyeurisme, ni dans la haine du ravisseur. L'auteur mène une réflexion sur la notion de bien et du mal. L'écriture de ce livre donne l'impression que cela a aidé l'auteur à se libérer émotionnellement du fardeau de cette enfance volée. Ce livre aussi un message d'espoir pour les personnes qui vivent des difficultés à ne jamais renoncer,à attendre le bon moment avant d'agir et à prendre sa vie main

    Force de caractère :

    Natascha a fait preuve d'une grande force de caractère lors de sa captivité. C'est probablement cela qui lui a permis de survivre. Face à son bourreau et aux coups, elle n'a jamais accepté de s'agenouiller devant lui. Elle a résisté aux coups, mais aussi aux privations, à l'enfermement et à harcèlement psychique. Cette torture psychique s'est caractérisé par un climat de peur instauré par le ravisseur, et le fait que le ravisseur faisait culpabiliser Nastascha. Néanmoins,par sa capacité d'adaptation à son ravisseur, elle a réussi à trouver dans cet enfer, une porte de sortie psychique par les activités manuelles, l'écriture et la radio afin d'éviter de sombrer dans la folie.

     

    Restaurer la vérité :

    Natascha Kampusch par ce livre veut raconter sa vérité sur sa captivité en toute pudeur et non celle racontée par les journalistes à sensation. Le livre est aussi une critique de la médiatisation excessive de son histoire. On l'a également très vite affublé sa réaction vis à vis de l'agresseur de syndrôme de Stockholm, ce qu'elle réfute dans son livre.


     

    Conclusion :

    C'est un livre que je conseillerai si vous êtes intéressé à cette histoire. La lecture est facile. Elle est soutenable même s'il est difficile pour nous, lecteur de croire que les faits sont véridiques tellement c'est incroyable ce que Natascha Kampusch a pu subir pendant toutes ses années.

     

    Ma note pour ce livre : ★★★★☆

     

    Chronique faite par Johan le 24-10-2014


    Vous pouvez lire d'autres avis sur

    Vous pouvez vous procurer ce livre sur  acheter sur amazon


     

    Et vous, qu'avez-vous pensé de ce livre ?

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :